Cette année encore, je vais au Grand prix de France Moto. Mais un changement pour moi, je roule en direction d’Orléans, chercher Dominique en Goldwing, et non pas avec mon GSXR. Pourtant il est prêt, plus de souci de joint spi, mais Dominique ayant également une Gold, nous avons décidé de rouler euh… différemment.

 

Je charge donc, c’est facile, on fout tout dans les valises et il y a encore de la place. Alors que sur le GSXR, il faut mettre la sacoche de réservoir, un sac à dos plus un autre sur la selle passager en  espérant qu’il ne prenne pas feu….(cela rappellera des souvenirs à certains). Bref  me voici parti.

 

Au bout de 220 km, je décide de faire le plein mais à la station plus de 95, uniquement du 95 E10 soit avec 10% d’éthanol, c’est bon pour moi, mais mémère (enfin, la moto), elle, a 30 ans. Elle ne supporterait pas. Donc je choisis du 98, la jeune demoiselle de TOTAL (je lui ferais bien la totale à elle aussi) ne savait même pas me répondre sur l’utilisation, elle me disait d’aller sur le site, comme si j’avais internet sur ma moto.  Vu son âge, elle n’a connu que le minitel, ma moto.

 

Sur le périphérique une odeur d’essence, perturbé (ou excité, je ne sais plus) par cette fille avec son E10 (E c’est pour son tour de poitrine ?) j’ai refermé la trappe du faux réservoir sans remettre le bouchon. Et voila comment une blonde participe au gaspillage des énergies non renouvelables.

 

Me voici dans le Loiret, avant de charger l’autre Goldwing, nous avons du faire un peu de mécanique. Les ressorts de fourche se trouvaient …à terre, forcement, elle va moins bien comme ça.

 

Samedi, direction Le Mans et là, plus de place, en 9 ans c’est la première fois que cela nous arrive. Un SMS de l’un de mes collègues de travail et ses amis nous sauve la mise. Il avait de la place pour 2 tentes et quatre motos car Gilles et un de ses copains nous rejoignaient vers midi.

 

Après les présentations nous fumes invité pour l’apéro « Que c’est beau l’esprit motard .» Des gens super sympa avec qui il est toujours bon de discuter et roulant sur des belles motos. Hé oui,  pas de Yamaha que du GSXR ( clin d’œil à Gilles avec sa R1).

 

Puis le circuit, les qualifs, une belle bataille s’annonce puisqu’il y a les 4 ténors et notre français en 5ème position.

 

Les courses (il faut bien se nourrir) et forcement sur le retour on avait soif. Et là, nous sommes tombés sur une équipe de Clermontois, essayant de parler anglais, une bonne partie de rigolade. Puis il était l’heure du  show mécanique. Mais, arrivés trop tard, mal placés et il faisait tellement froid, que nous n’avons pas su l’apprécier, malgré la présence de  motos surpuissantes (équipées de turbo) du Joe Bar team.

 

Rentré au campement, 1 seul apéro m’a mis KO.  Je ne pensais plus qu’à une seule chose, me mettre dans mon duvet au chaud. Donc vers 23h30, j’abandonnais mes camarades à leurs discussions, cette année, ils referont le monde sans moi.

 

Ah ! le petit matin, en pleine forme, pour moi car pour Gilles, le petit matin était vraiment petit.  Donc on a eu le droit à sa traditionnelle phrase «  je ne reviens plus l’année prochaine, y a trop de bruit. » Bon ça fait 15 ans que ça dure…. On a l’habitude….

 

Après le petit café, préparé par nos nouveaux amis, direction le circuit, afin de trouver un …toilette propre car sur le campement, c’est pas terrible. Ah ! la mine réjouie de Gilles et de Jacky, comme quoi il ne faut pas grand-chose pour rendre un homme heureux.

 

Maintenant la course, les 125 toujours aussi fous !!! Bien que les 250 ne sont pas mal non plus !!! Mais bon, pas de Marseillaise pour ces catégories, et vu le nombre de chutes, je me demandais même si il y aurait eu quelqu’un à l’arrivée (météo de mer...).

 

La course de moto GP sera, euh, comment dirais-je… bizarre, Rossi tente un pari mais qui se termine dans le bac à gravier puis il repasse encore 3 fois au stand pour changer de moto.

 

L’autre Yamaha en tête avec tellement d’avance qu’il n’y a plus de suspense mais la surprise vient de l’ancienne Kawa et de son pilote Melandri, lui, qui, l’année passée, ne s’en sortait pas avec la Ducati  (les autres non plus, seul Stoner arrive à la piloter) a su garder sa deuxième place. Vraiment bien pour une petite écurie et derrière les 2 Honda Repsol mais Pedrosa qui comptait plus de 6 secondes de retard sur son co-équipier, le rattrape et le double en moins de 2 tours. Hum !!! Ca sent la consigne de course, pourtant, ce n’est pas la F1…

 

Bref, cette course ne restera pas dans les annales, mais ce week-end sera quand même un bon moment, car, connaître de nouvelles personnes est toujours enrichissant.

 

A l’année prochaine, sûrement en Goldwing

 

 

Laurent.

 
photo 1 photo 2 photo 3 photo 4 photo 5 photo 6