Malgré un temps superbe, je n’ai pas trouvé d’autres membres de l’association pour venir avec moi au grand prix de France. Donc comme l’année passée, je prends la route seul avec ma goldwing de 30 ans d’âge, direction Orléans afin de rejoindre Dominique pour la 10ème année consécutive.

Arrivé sur l’autoroute, une grande nouveauté cette année : je double

L’année passée, je venais de refaire le moteur donc je n’osais pas forcer, mais cette année c’est décidé, je double, enfin dans la capacité de la machine qui même si elle roule bien, n’est pas un foudre de guerre, exit les GSXR et autres R1 que je dépasse lors de leurs arrêts ravitaillements (merci mes 320 km d’autonomie) Au loin, je repère un groupe emmené par un side, mais, au bout de quelques kilomètres, ils ne roulaient pas assez vite, alors… Je les ai doublé, comme ça, à l’accélération. Bon, il m’a fallu quelques centaines de mètres, le temps que je m’élance, mais l’année passée, je m’attaquais uniquement aux camions et autres engins tractés généralement par des hollandais, mais cette année, je suis fier !!!

 

Arrivé au péage, le petit bruit qui est apparu lors de la sortie en Normandie le week-end de la pentecôte n’était plus petit. Il couvrait le bruit du moteur. Tout le monde regardait et moi je paniquais,  mon Dieu, j’ai trop doublé…..

 Les courroies de distribution, un roulement d’alternateur qui lâche ? Non après inspection juste le compte tours qui rend l’âme, je débranche le câble et, ouf ! Plus de bruit.

J’arrive enfin chez Dominique pour préparer et charger sa Goldwing afin d’être prêt à 7H, le samedi matin. Vu le monde sur la route, les places vont être chères et cette année, pas de collègues de boulot pour nous accueillir.

 

Nous arrivons au camping bleu vers 9h, la sécurité contrôle les véhicules. Chaque voiture est fouillée, chaque bouteille en verre doit être jetée à la benne située avant l’entrée. Cette benne contenait l’équivalent du rayon alcool de Auchan : gin, bière, pastis, etc… Si les personnes ne disposaient pas de bouteilles en plastique pour transvaser, ils devaient tout jeter. Ouf ! Les motos échappent à ce contrôle, sinon je connais quelqu’un en Goldwing 1200 de couleur bordeaux immatriculée dans le 45 qui aurait du se délester de quelques kilos.

 

Contrôle passé, on trouve une place, notre voisin de campement nous invite à boire un coup. Invitation que nous n’arrivons pas à décliner. Il faut entretenir les relations de voisinage. Bref  une bière, l’apéro, le barbecue, les essais de qualification, une autre bière et après …et bien, une sieste. Il faut être en forme pour le soir.

Show mécanique, sans réelle prétention,  chaque année, la qualité baisse alors que le prix du billet monte ou alors, on s’habitue à voir ce genre de prestation.

La nuit fut un peu …inquiétante. En effet, nos autres voisins ont allumé un feu à moins de 3 mètres de notre tente. Il va s’éteindre seul pensait-on. Sauf que dans leur camionnette, ils avaient emmené 3 stères de bois, soit de quoi tenir toute la nuit. Heureusement le vent était dans l’autre sens, inquiets mais fatigués, nous avons fini par nous endormir.

 

Le lendemain, la course dans notre belle tribune au couleur de Ducati, coiffés de notre casquette Suzuki, placés au raccordement, nous avons pu admirer une belle course, dans toutes les catégories, avec un français en tête en Moto 2. Bon d’accord, il a mené que la ligne droite avant de …. tomber à la Dunlop. Mais un jour, on l’aura notre Marseillaise, on l’aura… si les organisateurs ont encore le cd (ou le vinyle)

Nous avions droit à un cadeau Ducati, une casquette et un tee-shirt au couleur de la marque, sympa mais à 120€ la place j’espérais une 1198, qui a dit que j’étais radin ?

 

Voilà déjà le départ, un petit tour chez Domi afin de se doucher et de profiter de son toilette puis retour dans le Nord.

Il faudra que cette sortie s’organise un peu plus afin de voir si quelques motards veulent bien venir avec moi, car la route, seul, ce n’est pas terrible. Je n’ai jamais compris la mentalité de Lucky Luke

 I’m a poor losesome cowboy

I’m a long long way from home….