Week-end BFG à Argenton-sur-Creuse

Les 11 / 12 et 13 Novembre

DIAPORAMA ICI

Après quelques heures d’autoroute, Dominique et moi-même sommes arrivés à Argenton-sur-Creuse.  Notre première mission était de trouver le fléchage qui nous mènerait au Moulin Saint-Etienne,  notre gîte pour le week-end. Après avoir stationné nos machines, nous avons rejoint les organisateurs et les nombreux participants déjà arrivés. Nombre d’entre eux étaient passés dans le Nord, à l’occasion du Rassemblement à Bouvines, il y a quelques semaines.

Le Moulin Saint-Etienne, ancien moulin à blé, situé au bord de la Creuse, est un bâtiment entièrement rénové, composé d’une vingtaine de chambres confortables et bien équipées.  Plusieurs salles seront à notre disposition, durant le week-end, pour les petits déjeuners et pour les autres repas. Nous apprécierons d’ailleurs les excellents repas tout le week-end.

Après ce premier déjeuner, nous prenons le temps de regarder les différentes motos et détaillons l’attelage 3x3 de Jean Claude Vogel.

Il est temps de prendre la route pour un court trajet qui nous conduit  au Pont Couvert puis au Château de Chabenet.

Nous avons stationné les motos et parcouru un chemin qui nous a menés vers cette réalisation unique en France.

Nous avons repris nos machines pour parcourir quelques kilomètres. Arrêtés en bordure de route, Jacques nous montrait le superbe château de Chabenet. Il avait prévu de nous accueillir dans cette demeure prestigieuse mais le tarif des chambres a quelque peu réfréné son projet. Curieux !!!

Avant de rentrer, un dernier arrêt nous menait au Théâtre Romain de Saint Marcel. Cet ouvrage d’environ 83 mètres de diamètre fait parti du riche patrimoine archéologique de la région.

Samedi matin, après un copieux petit-déjeuner, nous sommes partis en direction du centre-ville d’Argenton.  Nous avons, ainsi, découvert de nombreux édifices de grande qualité. A dix heures, nous étions attendus au Musée de la Chemiserie et de l’Elégance Masculine… Excusez du peu… C’est dans le premier atelier de lingerie mécanique ouvert en 1860, que nos guides nous expliquerons le travail et la vie des « chemisières ». Nous apprendrons la longue histoire de la chemise à travers les générations. De nombreuses vitrines permettront de découvrir l’évolution  de la chemise.

L’après midi du samedi, nous devons être à l’heure. Nous partons pour un court périple dans de jolies petites routes.  Nous arriverons ainsi à Sarzay. Nous sommes attendus par un « personnage » : Monsieur Richard Hurbain. Un cadre EDF, qui, en 1982, en a assez de sa vie « routinière ». Il tombe sous le charme du château. Il l’achète…Il embarque femme et enfants, dans le Berry. Depuis, il le « reconstruit ». Les services des Monuments Historiques iront jusqu’à poursuivre en justice, le sauveur de Sarzay. En 1998, monsieur Urbain sera récompensé de ses efforts par le prix Lafayette, en Amérique. Cette impressionnante forteresse date du 14ème siècle.  Elle a traversé les siècles et les guerres sans trop en souffrir. Maintenant, grâce au travail de son propriétaire, on y trouve des salles meublées. On accède à l’ensemble des quatre étages et rez-de-chaussée. Au sommet des tours, sous une superbe charpente, nous découvrons les paysages environnants.

Après cette visite, nous rentrerons sous la pluie à Argenton. Les services météo nous avaient prévenus…

Dimanche matin, la pluie est de nouveau avec nous. Cela devrait s’améliorer, aux dires des mêmes services prévisionnistes…

De nombreux motards reprennent la route pour regagner leur domicile. Pour ceux qui, comme nous, restent. Nous parcourons quelques kilomètres, pour arriver sur le site exceptionnel gallo-romain d’Argentomagus. Cette ancienne cité est située sur le plateau des Mersans, qui domine la rive droite de la Creuse. Nous sommes à l’emplacement d’un ancien oppidum gaulois, qui occupait environ 27 hectares. Le site d’Argentomagus occupe, lui, près de 70 hectares, sur la commune de Saint Marcel.  C’est en 1963, qu’ont eu lieu les premiers sondages, qui ont précédé les fouilles. Il y avait un projet d’urbanisme, qui heureusement n’a pas vu le jour, suite aux découvertes archéologiques. Le site est composé d’un ensemble d’habitats, de vestiges de lieux de culte, de sanctuaires, de commerces et d’une fontaine, alimentée par une galerie voutée qui sert d’aqueduc, sur plusieurs centaines de mètres. L’eau, ainsi acheminée, viendrait d’une source située à quelques kilomètres.

A l’issue de cette intéressante visite, nous regagnons le gîte, pour, rapidement prendre un bon repas, puis vite rejoindre la route de retour.

Nous prenons congés de nos hôtes puis effectuerons plusieurs centaines de kilomètres, agrémentés d’embouteillages, pour arriver chez nous, en fin de journée.